Rh

Les bureaux perçus par les salariés comme un lieu d’échanges… y compris vers l’extérieur

Par Alexandre Foatelli | le | Modes de travail

Take a Desk, plateforme mettant en relation des entreprises disposant de bureaux vacants et des utilisateurs, a commandé à OpinionWay une étude sur la perception des bureaux partagés chez les salariés français. Un sondage qui met en lumière la transformation, tant humaine qu’organisationnelle, en marche dans les entreprises, ainsi que l’évolution du rôle des bureaux et les attentes des salariés.

Selon un sondage commandé par Take a Desk, les salariés sont ouverts au partage de leurs bureaux. - © Pixabay
Selon un sondage commandé par Take a Desk, les salariés sont ouverts au partage de leurs bureaux. - © Pixabay

Après moult confinements et restrictions de toutes sortes, le besoin de sociabilisation revêt une nouvelle ampleur. Afin de mesurer comment les salariés français perçoivent le partage de leurs bureaux la plateforme Take a Desk s’est adjoint les services d’OpinionWay pour sonder un échantillon représentatif de 1 066 employés de bureau dans des entreprises de 20 salariés et plus. Les résultats révèlent que les Français interrogés sont particulièrement ouverts à l’idée de partager leurs bureaux avec d’autres personnes extérieures à l’entreprise, qu’ils soient salariés, entrepreneurs ou professions libérales.

Des salariés très enthousiastes 

Avec le télétravail de plus en plus courant dans les entreprises, le mode de consommation des bureaux a été profondément bouleversé et de nombreuses entreprises font aujourd’hui face à des mètres carrés inutilisés. Aujourd’hui, un salarié sur trois estime que 50 % des bureaux au moins sont vides et pour près de un sur deux (48 %), c’est 25 % d’espaces inoccupés constatés. Des espaces devenus inutiles et coûteux qui doivent être repensés par les décideurs pour redevenir attractifs. 81 % des salariés interrogés estiment notamment qu’ils pourraient être une source de revenu supplémentaire pour leur entreprise. 

La question du partage des bureaux est spontanément perçue comme positive par les salariés, comme un moyen de redynamiser l’espace de travail, de créer de nouvelles synergies et de générer du revenu pour leur entreprise. En effet, pour 86 %, le principal point d’intérêt évoqué est la possibilité de rencontrer de nouvelles personnes, et 79 % évoquent un moyen efficace de favoriser les échanges et le partage de compétences. Ainsi, accueillir de nouveaux collaborateurs extérieurs à l’entreprise est perçu comme étant un réel moyen de développer les interactions et les liens sociaux. 

Si certains s’interrogent sur leur capacité à travailler aux côtés d’inconnus (58 %), à s’entendre avec ces nouvelles personnes (56 %) ou encore sur le fait que cela puisse entacher l’ambiance globale de l’entreprise (59 %), les salariés interrogés sont globalement ouverts à l’idée de partager un bureau avec n’importe qui. Certes, anciens collègues (78 %), conjoint (75 %) et amis (73 %) sont les premiers cités, mais 68 % affirment être plutôt favorables à partager leur bureau avec des personnes inconnues d’une entreprise du même secteur d’activité et 63 % avec des personnes travaillant dans un autre secteur. 

Un levier d’attractivité

Le partage de bureaux permet également aux entreprises d’apporter à leurs collaborateurs un nouveau souffle, une nouvelle dynamique en apportant directement une réponse positive sur leur qualité de vie. Si le principe était élargi et que chaque salarié avait la possibilité de s’inviter dans les bureaux d’une autre entreprise, 77 % des sondés mettent en avant le confort d’avoir accès à un bureau à proximité de leur domicile.

D’autres avantages sont bien perçus et évoqués, comme notamment le moyen de rompre la monotonie pour 66 % des répondants - une perception surtout ressentie par les hommes (70 %) contre 62 % des femmes - la possibilité de travailler dans des locaux plus grands (62 %), plus modernes (73 %) ou encore en présentiel (56 %). 70 % vont même jusqu’à penser que ce partage permettrait de moderniser les équipes, donnant ainsi un coup de fouet donc pour le dynamisme et l’attractivité d’une entreprise. Autant de raisons qui confortent les salariés à accepter de partager leurs bureaux avec d’autres. 

« Malgré quelques interrogations, liées notamment au changement d’habitude, d’organisation ou de sécurité et confidentialité (80 % des répondants), les salariés affichent une réelle ouverture pour le partage de leurs bureaux avec d’autres personnes. Cette solution répond à leur besoin et attente de développer leur vie sociale, le partage et l’échange, mais aussi à l’amélioration de leur qualité de vie grâce aux aspects pratiques que le partage de bureau fourni à tous les travailleurs, quel que soit leur secteur, leur statut… », commente Theo Olivier, fondateur de Take a Desk. À une époque où les entreprises réfléchissent à l’optimisation de leurs surfaces de bureaux, l’appétence pour le partage côté salariés pourrait constituer une réponse possible supplémentaire.

Transférer cet article à un(e) ami(e)