Stratégies

Le renouvellement urbain à toutes les sauces

Par Alexandre Foatelli | le | Immobilier

Ces derniers jours, plusieurs actualités ont mis en avant des opérations liées au renouvellement urbain. Dernier exemple en date, le lancement du FCPI Immoval 2022 par Foncière Magellan, qui se donne pour objectifs de lever plus de 50 millions d’euros. Revue de presse.

Ces derniers jours, plusieurs actualités ont concerné des opérations liées au renouvellement urbain. - © Pixabay
Ces derniers jours, plusieurs actualités ont concerné des opérations liées au renouvellement urbain. - © Pixabay

Fin septembre, le FPCI Immoval 2020 a finalisé sa période de souscription permettant à Foncière Magellan de lever 52 millions d’euros. Ce véhicule d’investissement a ainsi pu réaliser quatre opérations immobilières tertiaires dans des grandes métropoles - Rennes, Vélizy-Villacoublay et Lille -, totalisant plus de 90 000m². En lançant le FCPI Immoval 2022, la société de gestion renouvelle ses ambitions de participer au développement des régions, tout en proposant un immobilier durable. Foncière Magellan a pour objectif de lever à nouveau plus de 50 millions d’euros. « Nous souhaitons à nouveau dépasser l’objectif de 7 % de TRI annuel, de manière à pleinement satisfaire les investisseurs », assure Guillaume Baral-Baron, Fund Manager chez Foncière Magellan.

Une stratégie d’investissement proche de celle poursuivi par Novaxia NEO, la SCPI de Novaxia Investissement. Celle-ci, qui vient d’annoncer un taux de rendement de 6,49 % en 2021, s’est emparée tout récemment un actif de bureaux de 6300 m² situé à Ermont, dans le Val-d’Oise. L’ensemble immobilier construit en 1992, était détenu depuis plus de 16 ans par la société de gestion Perial Asset Management. Il est entièrement loué à sept locataires, dont Vinci Facilities. « Sur Novaxia NEO, nous étudions le potentiel de réversibilité de façon systématique lors de nos acquisitions. Pour l’immeuble situé à Ermont par exemple, nous pourrons envisager un recyclage en logements s’il ne trouve plus de locataire à long terme. Même si nous cherchons toujours à conserver nos locataires le plus longtemps possible, nous avons un plan B en cas de nécessité », explique Mathieu Descout, président de Novaxia Investissement. Le potentiel de réversibilité de l’actif repose sur sa proximité avec Paris et sa localisation dans un quartier en pleine mutation : l’immeuble jumeau situé en face a déjà fait l’objet d’une transformation en logements.

Enfin, la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées a annoncé mettre 75 millions d’euros sur la table pour construire son nouveau siège et rénover l’ensemble de ses implantations. Avec ce projet, faisant partie de son plan stratégique 2022-2024, la banque espère réduire ses émissions de carbone directes de 15 %. D’abord, la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées a fait le choix de passer par la démolition de trois des quatre bâtiments de son siège social historique avenue Maxwell à Toulouse (18 000 m²), pour y reconstruire son nouveau siège réduit à 10 000 m². L’opération de démolition comptera pour 30 millions d’euros dans l’enveloppe d’investissement. En outre, la banque rénovera l’immeuble du 42 rue du Languedoc, les sièges des directions commerciales ainsi que 172 agences réparties sur le territoire. « En investissant près de 75 M€ dans la rénovation de ses locaux, la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées prépare le futur du travail et diminue son impact environnemental », indique la banque.

Plus que jamais, le renouvellement urbain, la réhabilitation et la réversibilité font partie des stratégies des investisseurs comme des utilisateurs.

Transférer cet article à un(e) ami(e)