Stratégies

La Redoute évalue ses partenaires Marketplace sur leurs pratiques RSE avec Positive Workplace

Par Alexandre Foatelli | le | Rse

Cette année, La Redoute a voulu mesurer l’engagement RSE de ses vendeurs Marketplace. Cette démarche de long terme commence par une évaluation de la démarche RSE globale à l’aide d’un outil de scoring proposé par Positive Workplace.

Engagée dans une politique RSE ambitieuse, La Redoute a souhaité impliquer ses partenaires. - © D.R.
Engagée dans une politique RSE ambitieuse, La Redoute a souhaité impliquer ses partenaires. - © D.R.

Depuis plusieurs années, La Redoute s’est engagée dans une politique RSE ambitieuse reposant sur quatre piliers : faire des choix judicieux pour protéger l’environnement ; agir avec sincérité et durabilité envers les clients et partenaires ; contribuer au développement du territoire et donner aux collaborateurs les clés de l’entrepreneuriat responsable. À cela, se sont ajoutées en 2020 trois objectifs clairs : proposer une offre 100 % responsable pour les marques internes La Redoute d’ici 2025, devenir une entreprise 0 plastique à usage unique d’ici 2030 et entamer la transition vers la neutralité carbone à horizon 2030.

Pour répondre à ces objectifs, La Redoute a souhaité désormais associer ses partenaires Marketplace. En effet, cette activité représente 30 % de son volume d’affaires annuel. Lancée début 2022 en partenariat avec Positive Workplace (PWP), la démarche a consisté à embarquer un premier cercle de cent vendeurs volontaires, parmi lesquels Pyrenex, Magimix, Juratoys, Tempur, Jacquard Français, Camif, Dodo, Delonghi, Grains de Malice, IKKS, Groupe Beaumanoir, Garnier Thiébaut, Anne de Solène… La politique RSE de La Redoute a également été évaluée dans la même démarche.

Pour Jean-Philippe Sloves, directeur de la Communication Corporate et de la RSE de La Redoute : « Le sens de cette démarche est d’évaluer la capacité des entreprises-partenaires à prendre en considération les enjeux sociaux et environnementaux dans leurs activités. Cette évaluation va nous permettre d’inviter nos partenaires-vendeurs Marketplace à s’orienter vers une amélioration de leurs pratiques afin de diminuer ensemble notre impact à moyen et long terme. »

Référentiel complet

La solution Scoring by PWP permet à un donneur d’ordre (en l’occurrence La Redoute) d’interroger ses partenaires selon un référentiel RSE très complet, dont une partie est modulable, dans le but de récolter des informations précises de ses partenaires.

Nous prévoyons de déployer une nouvelle solution focalisée sur la stratégie Climat des entreprises et permettra à un donneur d’ordre de piloter son scope 3.

Le questionnaire est composé de 43 questions, analysant le cœur d’activité du partenaire, sa gouvernance, son modèle social et sociétal, ainsi que son impact environnemental. La notation obtenue est sur une base de 100 points. A cela s’ajoute une évaluation « performance offre responsable », notée de A à E en fonction de l'écoresponsabilité des produits vendus par le partenaire.

« L’objectif du Scoring by PWP est d’évaluer la maturité RSE d’une entreprise, c’est-à-dire la prise en considération des enjeux sociaux, environnementaux, sociétaux et de gouvernance responsable dans les activités des organisations, explique Juliette Tailliez, responsable du projet à La Redoute. Les questions sont inspirées des référentiels internationaux en matière de développement durable comme l’ISO 26000 ou les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies ainsi que des standards de Positive Workplace, label RSE Européen. Le référentiel prend enfin en compte le socle réglementaire franco-européen (éthique des affaires, stratégie climat, égalité professionnelle, etc.) » ; ajoute-t-elle.

À ce jour, déjà plus de 200 partenaires sont engagés dans la démarche, avec l’objectif d’atteindre 300 d’ici fin 2022.

« La Redoute est la première enseigne du e-commerce à utiliser notre outil de Scoring. Nous prévoyons sur fin 2022 de déployer une nouvelle solution qui sera plus focalisée sur la stratégie Climat des entreprises et permettra à un donneur d’ordre de piloter son scope 3 et donc d’agir concrètement sur ses émissions carbone », annonce Charles Henri Margnat, fondateur de Positive Workplace.

Transférer cet article à un(e) ami(e)