Rh

Le marché des espaces flexibles reprend de la vigueur en France

Par Alexandre Foatelli | le | Modes de travail

Dans le contexte d’hybridation des modes de travail, salariés et entreprises cherchent davantage d’agilité dans le choix de leur lieu de travail. Une nouvelle approche de « space-as-a-service » émerge de ce besoin exprimé. Dans son nouveau rapport d’études du marché français, le spécialiste mondial du Flex market The Instant Group, analyse les tendances du marché en 2021 et livre les perspectives pour 2022.

Grâce au besoin de flexibilité des entreprises et des salariés, le Flex market a le vent en poupe. - © iStock
Grâce au besoin de flexibilité des entreprises et des salariés, le Flex market a le vent en poupe. - © iStock

The Instant Group France publie pour la troisième année consécutive son rapport d’études du Flex market français. Ce dernier analyse le marché des espaces de travail en France - regroupant l’ensemble des solutions immobilières qui offrent la possibilité de réserver ou de louer des bureaux, salles de réunion, espaces de coworking, bureaux satellites… - pour l’année 2021 et délivre ses prévisions pour 2022. Globalement, les chiffres clés du marché entre 2020 et 2021 font ressortir une hausse de 23 % des demandes d’espaces de travail flexibles. Cette hausse s’accompagne d’un regain de l’offre disponible pour ces espaces (+3 %), Paris représentant 32 % du total de l’offre. En 2021, la France reste ainsi le 2e marché des espaces de travail flexibles en Europe, après le Royaume-Uni.

« Certes la France est le deuxième marché des espaces de travail flexible en Europe, mais elle reste encore loin derrière le Royaume-Uni (rapport de 1 à 4). Ceci nous amène à prédire une évolution plus importante de l’offre afin de répondre à la demande croissante et aux nouvelles habitudes de travail », commente Steven Khoury, Directeur EMEA de The Instant Group.

Après le gel du marché des espaces flexibles dans de nombreux pays européens, dont la France, l’année 2021 témoigne clairement d’une reprise de la demande. En France, ce redémarrage a dépassé celui des pays voisins avec une demande supérieure aux niveaux pré-Covid en 2021 (+1 %), tandis que les pays comme l’Allemagne (-1 %) et le Royaume-Uni (-15 %) essaient encore de regagner du terrain. En 2021 l'écosystème tech français a fait un pas de géant avec des entreprises françaises à la croissance la plus rapide en Europe. Cet essor fulgurant des startups a généré une hausse de la demande d’espaces flexibles de 9 % pour un ou deux postes de travail en 2021 par rapport à 2020. Cette taille spécifique de la demande d’espace a représenté 50 % de la demande totale tout au long de 2021. Le nombre croissant de grandes entreprises qui optent pour des espaces flexibles booste également le marché. La demande d’espaces de travail flexibles de la part des entreprises du secteur de la technologie a augmenté de 200 % au cours de la seconde moitié de 2021 par rapport au premier semestre et devrait continuer à progresser tout au long de 2022, prévoit The Instant Group.

Nouvelle attractivité pour la capitale et essor des régions

Paris a longtemps été le cœur de l’espace de travail flexible en France, mais la pandémie commence à changer la donne. Même si la demande en région parisienne est en hausse, elle est tout de même 12 % inférieure aux taux « pré-pandémie ». La région parisienne représentait 57 % de la demande totale avant la pandémie, mais sa part a chuté à 50 % en 2021, et cette diminution devrait se poursuivre en 2022. Les entreprises ont tendance à délocaliser leurs pôles d’activité situés en périphérie de Paris (comme par exemple à La Défense) vers des sites au centre de Paris pour se rapprocher des réseaux ferroviaires les reliant aux régions. La demande d’espaces de bureaux flexibles dans le centre de Paris a augmenté de 20 % entre 2020 et 2021, alors que le quartier de La Défense a subi une baisse de 8 % au cours de la même période.

De nombreuses entreprises optent pour des bureaux en plein centre de Paris, à taille réduite pour limiter les coûts. Ces bureaux constituent une sorte de « base » pour les réunions et les collaborations, permettant la rotation des équipes et l’accès facile aux régions grâce à la proximité des gares. Ainsi, en 2021, les grandes villes de région ont connu des niveaux de demande bien supérieurs à ceux de 2019, en particulier celles se situant à moins de 2 heures de train de la capitale. Bordeaux a connu une hausse record de 40 % de la demande entre 2020 et 2021. Pour sa part, Lyon reste le deuxième pôle d’affaires de France, et son attractivité devrait encore augmenter.

« La bonne réussite d’une stratégie immobilière et le redéploiement des espaces de travail devra réunir les quatre piliers du travail hybride : facteur humain, digital, espace physique et développement durable. On constate aujourd’hui que les entreprises passent à l’action et enclenchent désormais la mise en œuvre de leur nouvelle stratégie », conclut Steven Khoury.

Transférer cet article à un(e) ami(e)