Stratégies

En 2021, les mesures d’accompagnement en Ile-de-France restent largement au-delà des 20 %

Par Alexandre Foatelli | le | Immobilier

Ayant dépassé le seuil des 20 % fin 2019, le niveau moyen des mesures d’accompagnement sur les transactions locatives franciliennes de plus de 1 000 m2 a connu un pic en 2021. Les derniers résultats du GIE Immostat pour le quatrième trimestre confirment une stabilisation à 24,4 %.

A La Défense, le taux moyen des mesures d’accompagnement atteint 30,8 %. - © Getty Images/iStockphoto NicoElNino
A La Défense, le taux moyen des mesures d’accompagnement atteint 30,8 %. - © Getty Images/iStockphoto NicoElNino

Au cours du 4e trimestre 2021, le GIE Immostat - rassemblant BNP Paribas Real Estate, Cushman & Wakefield, CBRE et JLL - rapporte que le niveau moyen des mesures d’accompagnement des transactions locatives de bureaux de plus de 1 000 m² en Île-De-France reste stable. Il atteint 24,4 %, soit -0,1 point par rapport au T3 2021. Ce taux avait grimpé de 1,9 point entre le T4 2020 et le T1 2021, puis de 1,1 point entre le T1 et le T2, pour atteindre 24,3 % au T3. Les transactions de bureaux supérieures à 5 000 m² continuent à bénéficier d’un accompagnement plus important par rapport aux autres avec un différentiel de +2,2 points au dernier trimestre.

Le taux moyen des mesures d’accompagnement varie d’un secteur de marché à l’autre : de 15,5 % dans Paris Centre Ouest (Hors QCA) à 30,8 % à La Défense. Parmi les évolutions les plus importantes du trimestre, Immostat souligne une baisse des accompagnements de 3,9 points en Deuxième Couronne. Dans le QCA parisien, la tension entre l’offre et une demande vigoureuse a contenu la hausse des avantages commerciaux à 18,2 %, rapporte CBRE. À l’inverse, le ratio a atteint 30,8 % à La Défense et 28 % dans le Croissant Ouest, où les « loyers nets sont plutôt sur une évolution baissière » indique le conseil. Les situations sont ainsi très hétérogènes, en fonction des secteurs en suroffre du fait d’un afflux de surfaces disponibles.

Concernant les niveaux de loyers, la concentration de l’activité dans le centre de Paris (43 % de la demande placée francilienne sur l’année) et dans le Quartier Central des Affaires en particulier (23 %) entraîne une nette hausse du loyer moyen de seconde main qui atteint 415 €/m²/an sur l’ensemble du marché francilien ce trimestre, « un niveau inédit et équivalent au loyer moyen de première main » selon JLL. « Concernant les loyers prime, si celui du QCA est demeuré relativement stable d’un trimestre sur l’autre, à 910 €/m²/an, plusieurs transactions enregistrées sur la tour Trinity permettent au loyer prime de La Défense d’atteindre 560 €/m²/an, un niveau jamais vu depuis 2012 », poursuit JLL.

Qu’est-ce que le taux d’accompagnement ?

Le taux d’accompagnement s’appuie sur plusieurs formes de remise : les franchises de loyers, les travaux, les loyers progressifs et les mises à disposition. Le taux d’accompagnement représente le poids de ces aménagements par rapport au revenu total qui serait obtenu au prix de loyer facial sur la durée ferme du bail. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)