Aménagement

Avec ses nouveaux locaux, Steelcase dévoile un écrin calibré pour le Future of Work

Par Alexandre Foatelli | le | Actualité

En s’appuyant sur les études réalisées par sa cellule recherche et prospective, le spécialiste mondial des espaces de travail a pu identifier les besoins des salariés et des entreprises, afin de dessiner les futurs espaces de travail de cette nouvelle ère. L’aménagement du nouveau Worklife Paris, siège des équipes de Steelcase France, s’inspire de cette recherche et préfigure, dans son organisation entièrement tournée vers la collaboration hybride, le bureau de demain.

Worklife Paris, nouveau siège de Steelcase France. - © Alexis Paoli
Worklife Paris, nouveau siège de Steelcase France. - © Alexis Paoli

L’expérience de la pandémie a conduit toutes les entreprises du monde à questionner leurs modes de travail et leurs choix stratégiques. Alors que peu à peu se dessine pour la majorité un travail hybride réalisé pour partie au sein de l’entreprise, et pour partie dans un lieu alternatif, souvent le domicile, le bureau se doit d’évoluer pour répondre aux besoins concrets de cette nouvelle ère hybride. Il doit surtout aussi être à la hauteur des attentes des employés. En résumé : le bureau doit valoir le déplacement.

L’étude Steelcase Global report 2021, menée par la cellule de recherche et prospective Steelcase Workspace Futures, réuni 12 études primaires dans 11 pays, forte de 57 000 enquêtes et conversations et de 27 000 espaces analysés. Une mine d’or qui a permis d’identifier cinq besoins fondamentaux pour les salariés pour susciter leur envie de se rendre au bureau :

  • Une vigilance sur la sécurité sanitaire
  • Le sentiment d’appartenance à une communauté
  • Un sentiment d’efficacité
  • Davantage de confort
  • Pouvoir choisir où et comment

Fort de ces enseignements, les designers de Steelcase ont défini de nouveaux principes d’aménagement mis en place au Worklife Paris, nouveau siège de la branche française, avec le parti pris d’une large diversité des façons de travailler et la possibilité de collaboration hybride, quel que soit l’espace. L’occasion, aussi, de mettre en œuvre des innovations de la marque au service de ces nouveaux usages.

Equilibrer travail collectif et individuel

Dans ses nouveaux locaux, situés au piégeux 3 square Edouard VII dans le 9e arrondissement de Paris (l’entrée du square n’a rien d’intuitif !), Steelcase occupe 1 400 m² pour ses 80 collaborateurs. En accompagnant Mickael Locoh dans les espaces, le VP Southern Europe & Africa, cette diversité des postures, des configurations et des usages saute aux yeux. Ainsi à proximité des postes de travail individuels - dont aucun n’est attribué -, se trouve une multitude d’espaces pour se réunir, accessibles de façon formelle, avec ou sans réservation.

« Les collaborateurs peuvent très facilement varier les postures de travail en fonction de leurs besoins à l’instant T, abonde Mickael Locoh. Que ce soit sur des bureaux en assise haute ou basse, des benchs avec des séparations ou des boxes pour se concentrer ou passer un appel, des alles de réunion avec plusieurs typologies d’assise et des écrans pour inclure des gens en visio », présente-t-il.

Des espaces plus flexibles et connectés

Si auparavant la conception des espaces tertiaires reposait souvent sur une approche axée sur une architecture et des aménagements fixes, les designers du Worklife Paris ont été conduits à imaginer des espaces capables d’évoluer régulièrement au gré des besoins. Certaines typologies de mobilier, comme la collection Flex, sont ainsi intégralement sur roulette et peuvent être déplacés aisément, tout comme les cloisons séparatives et les tableaux amovibles qui permettent de recréer un espace « fermé ».

Autre défi à relever : gérer au mieux la collaboration lorsque certains membres de l’équipe sont au bureau et d’autres à distance. Pour y parvenir, Steelcase a imaginé pour le Worklife des dispositifs reposant sur l’omniprésence de la vidéo. La visio est ainsi possible dans tous les types d’espaces, individuels, de collaboration, de socialisation ou d’apprentissage et pour tout type de cas, du tête-à-tête aux grands groupes. Les technologies utilisées sont très larges : de l’ordinateur individuel, dont chacun est équipé, à l’écran fixe individuel de grande taille pour améliorer l’expérience. D’autres technologies sont, elles, intégrées aux espaces : vidéo-conférence, Zoom ou Teams rooms. Les configurations spatiales sont ouvertes ou fermées et dotées de propriétés acoustiques optimisées. Dans son soin du détail, Steelcase a développé la lampe Eclipse pour les échanges individuels. Quand elle est utilisée en mode vidéo, elle éclaire de façon optimale le visage de celui qui prendra la parole dans une communication à distance.

L’innovation au coin du bureau

S’affranchir de l’énergie et de l’électricité que requièrent tous les outils nomades, du téléphone portable à l’ordinateur individuel, constitue un challenge supplémentaire. Steelcase met en œuvre plusieurs innovations pour réussir ce passage à la flexibilité avec le plus de fluidité possible. À l’image des batteries portables Flex Mobile Power ou du support Roam, qui permet de déplacer facilement un grand écran sans se déconnecter et interrompre sa réunion grâce à la batterie discrètement logée dans sa partie basse. Les pieds Power Stand, eux, accueillent des boîtiers multiprises pour faire suivre son alimentation électrique par des câbles qui sont dès lors à portée de main, au même niveau que le bureau.

Conscient que, dans les grandes entreprises, il n’est pas facile de savoir où sont les bureaux disponibles lorsque les postes de travail ne sont pas attribués, Steelcase vient de signer un partenariat avec la startup GoBright qui fournit justement une solution afin que chacun puisse signaler facilement et anonymement le bureau qu’il occupe en connectant son téléphone portable, via une application, à la puce NFC équipant le plan de travail. « Chacun peut donc savoir quels sont les espaces libres et qui est présent en consultant sur son téléphone la carte virtuelle du site », présente Mickael Locoh.

En complément de ces innovations et réflexions sur les espaces, Steelcase a souhaité mettre en valeur une esthétique typiquement parisienne et rendent hommage au style haussmannien, notamment à travers les couleurs, finitions et matériaux. Les designers ont aussi voulu recréer un effet de surprise, en s’inspirant des jardins secrets de la Capitale. Enfin, un des axes de création de l’espace s’est porté sur la biophilie, pour susciter un sentiment d’apaisement et de bien-être.

Transférer cet article à un(e) ami(e)